La participation sociale des personnes âgées souffrant de troubles de santé mentale

Il est bien connu que la population de personnes âgées connaît une croissance considérable et que celles qui vivent dans la communauté sont souvent confrontées à l’isolement social. L’effet néfaste de l’isolement social sur la santé mentale de cette population est toutefois moins connu [1]. Par exemple, le risque de souffrir d’un déclin des fonctions cognitives est plus élevé chez les personnes âgées socialement isolées; il existe une importante corrélation entre l’isolement social et la dépression; et, le risque de suicide est plus élevé chez les hommes âgés isolés1. Le réseau social peut jouer un rôle important dans la prévention de ces conséquences (en incitant, par exemple, les personnes à adhérer à des régimes de soins ou à éviter des comportements risqués ou négatifs)[1].

Les problèmes causés par l’isolement social sont aggravés lorsque les personnes âgées ont déjà souffert de troubles de santé mentale. Ces personnes sont plus susceptibles d’être doublement stigmatisées et de ne pas avoir les aptitudes ou l’aisance requises pour faire appel aux ressources communautaires existantes.

La littérature suggère que des rencontres à vocation éducative en petits groupes constituent le moyen le plus efficace de réduire l’isolement social[1]. Au CSSS Cavendish, nous mettons en place un projet pilote comprenant des interventions de groupe qui visent à surmonter les obstacles éventuels les plus courants auxquels font face les personnes âgées souffrant de troubles de santé mentale (par exemple : la stigmatisation, les symptômes émotionnels, la capacité à résoudre des problèmes, les aptitudes liées à la vie quotidienne, le réseau social, la santé physique et le vieillissement, l’engagement communautaire, etc.).

Nous élaborons également un guide du facilitateur destiné aux travailleurs des organismes communautaires dont le rôle consistera à sensibiliser les membres de cette population cible aux obstacles courants à la participation sociale; à leur offrir l’occasion d’améliorer leurs aptitudes et à leur indiquer clairement quelles sont les ressources disponibles. Les commentaires d’un comité de consultation (comprenant des utilisateurs du service) et le projet pilote seront intégrés au guide.


[1] Nicholson, N. R. (2012). A review of social isolation: an important but underassessed condition in older adults. J Prim Prev, 33(2-3), 137-152.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




* Champs obligatoires