Tous les articles

Les problèmes de santé mentale constituent un véritable fléau dans nos sociétés. Le réseau Qualaxia soutient des actions efficaces de promotion de la santé mentale, de prévention et de traitement des troubles mentaux les plus fréquents.

Qualaxia, c'est un réseau de chercheurs, d'experts, de décideurs, de gestionnaires et de cliniciens. L'objectif du réseau est de rendre facilement accessibles des documents que nous jugeons particulièrement importants sur la santé mentale des populations.

Nous vous invitons à réagir aux articles du blogue Qualaxia. Donnez votre point de vue, posez vos questions, faites connaître vos expériences ou informez-nous sur des documents ou des outils d'intérêt pour les décideurs, les gestionnaires et les cliniciens. La connaissance scientifique prend tout son sens lorsqu'elle est confrontée à l'expérience sur le terrain. Ce blogue se veut un moyen dynamique de partager les connaissances dans le domaine de la santé mentale populationnelle.

Soutenir les acteurs de santé publique en santé mentale des populations : quelques travaux du Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé (CCNPPS)

La santé mentale, à ne pas confondre avec les troubles mentaux, est considérée comme une ressource essentielle à la vie. Ses bases se forgent durant l’enfance et elle continue à se façonner toute la vie en fonction des circonstances, des milieux et des événements. Ses fluctuations – de languissantes à florissantes – se répercutent sur la santé et la qualité de vie des personnes et des communautés.

L’obésité sous l’angle de la dépendance alimentaire

L’obésité est un problème de santé important qui touche un nombre considérable de personnes et qui est associé à différentes conséquences sur les plans physique et psychologique. Dans l’optique de mieux comprendre ce phénomène, il a été proposé que la consommation excessive de nourriture dans un contexte d’obésité pouvait s’apparenter à une dépendance aux substances. Cette dépendance serait définie par la présence de symptômes cognitifs, comportementaux et physiologiques qui mènent à une consommation de substances répétées et continues, et ce, malgré les conséquences négatives qui s’ensuivent.

Prévenir et promouvoir la santé mentale chez les agriculteurs : s’outiller pour mieux soutenir

La santé mentale des populations rurales au Québec représente un enjeu de santé publique préoccupant. En particulier, les agriculteurs rapporteraient plus d’isolement social, de détresse psychologique et d’idées suicidaires comparativement à la population générale, en plus d’être moins enclins à recourir aux services sociaux et de santé. Une des pistes d’explication sous-tendant ces disparités suggère […]

Culture et ouverture pour comprendre et traiter la souffrance psychologique

Au moment où je rédige ce billet, je songe à la discussion que j’ai entretenue avec Bruno Falissard, pédopsychiatre et professeur de biostatistique à l’Université Paris-Sud. Nous avons notamment parlé d’un de ses mandats à titre de président de l’IACAPAP (International Association for Child and Adolescent Psychiatry and Allied Professions), qui l’amène à voyager partout dans le monde pour découvrir les différentes modalités de prise en charge des troubles psychiatriques chez les enfants et les adolescents.

L’obésité et les troubles de santé mentale : un lien toujours aussi problématique

Tout d’abord, il est important de noter que les personnes ayant un trouble de l’humeur (p. ex., le trouble bipolaire) connaissent toujours une surmortalité précoce de 15 à 25 ans par rapport à la population générale. Si les suicides occupent une part certaine de cette surmortalité, les maladies respiratoires, cardiovasculaires et leurs complications en représentent une part considérable (jusqu’à 69 %). Ces maladies ont souvent un point de départ commun : l’obésité.

Événements climatiques extrêmes et santé mentale

Même si les événements climatiques extrêmes (ÉCE) surviennent depuis des siècles, leur fréquence et leur amplitude sont appelées à s’accroître avec les changements climatiques. D’ailleurs, l’actualité de 2017 a été ponctuée de tels événements : inondations du printemps à Montréal et ailleurs au Québec, ouragans Harvey, Irma et Maria qui ont ravagé le sud des États-Unis et les Antilles, feux de forêt en Colombie-Britannique, en Californie et en Europe.

Champs d’action en promotion de la santé mentale chez les jeunes adultes

Le passage à la vie adulte est une période marquée par plusieurs changements qui peuvent constituer pour certains jeunes une source de stress, d’anxiété et d’une moins bonne santé mentale. Pour les soutenir, on cherche alors à accroître l’offre de services psychosociaux et médicaux ou encore à mettre en place une série de mesures compensatoires ou d’accompagnement individuel.

L’essor de J’avance! dans l’organisation des soins au Québec

Depuis les premières incursions de l’approche du soutien à l’autogestion au Québec (voir les autres articles du blogue sur le sujet) par le biais de Qualaxia et du travail de Dan Bilsker et Randy Patterson, le courant a pris de l’ampleur. Le soutien à l’autogestion est maintenant reconnu dans la littérature scientifique, ainsi que dans les protocoles et guides de pratique, en plus de connaître un engouement auprès des personnes ayant recours à ce soutien.

Plaidoyer pour des recommandations sur l’activité physique favorables à la santé mentale!

L’activité physique amène des bienfaits pour la santé physique et la prévention de nombreuses maladies telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires; je ne vous apprends rien!

L’activité physique apporte des bienfaits pour la santé mentale, le bien-être, la prévention des troubles de l’humeur; si vous ne le saviez pas, vous n’êtes probablement pas étonnés.

De la souffrance psychosociale à la maladie mentale : les limites de l’objectivation

L’aide aux personnes présentant un trouble de santé mentale prend sa validation clinique et organisationnelle en s’appuyant de plus en plus sur des critères mesurables et des outils standardisés, lesquels objectivent la réalité singulière des personnes aux prises avec une souffrance. La traduction de ces souffrances en termes de classification des maladies mentales et d’application de processus standardisés d’évaluation et de traitement occasionne des démarches d’aide qui, dès le départ, procèdent par une séparation